Devenir de Saint- Paul

Le 20 janvier dernier, le Conseil municipal a délibéré à l’unanimité en faveur de la poursuite du projet de réhabilitation de l’église Saint-Paul, fermée au public depuis 2003, en raison de l’état dégradé de l’édifice. Retour sur la démarche qui a présidé à cette décision - porteuse d’avenir - qui consiste en la requalification de l’église, et bien au-delà, en la revitalisation d’un quartier situé au coeur de Granville. Un projet d’aménagement du territoire ambitieux.

Opération « Saint-Paul demain » : une réflexion approfondie.

En 1999, François Pougheol, architecte du patrimoine, établit le bilan architectural de l’édifice et le constat d’un bâti très dégradé, menant à sa fermeture au public en 2003. La restauration complète de l’église est alors estimée à 12 millions d’euros, que la collectivité ne peut supporter à elle seule. Fin 2010, la Municipalité, en concertation avec la commission extra-municipale « Saint-Paul demain » créée en 2008, décide de confier une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage au cabinet Médiéval dirigé par Guillemette Gardette et spécialisé dans la mise en valeur culturelle et touristique des patrimoines et territoires. Son rôle : dresser un état des lieux et un diagnostic du site de l’église Saint-Paul, afin d’identifier ses potentialités et ses contraintes, puis élaborer des scénarii de développement du site, qui constitueraient des alternatives à sa seule réaffectation ou déconstruction. Chaque scénario doit prévoir les futurs usages du site en complémentarité avec les usages cultuels actuels, les aménagements et le fonctionnement général induits par ces nouveaux usages et notamment les éventuelles opérations de restructurations. Le financement du projet doit également être envisagé de manière à ne pas le faire supporter à la collectivité seule, mais en privilégiant les partenariats public-privé. Les scénarii proposés lors du Conseil municipal du 20 janvier dernier sont donc le fruit d’études approfondies sur les caractéristiques et besoins du territoire granvillais et d’entretiens menés avec les élus, collaborateurs mairie, représentants de l’Eglise et de la paroisse, membres de différentes associations et habitants.

De l’église Saint-Paul au Dôme Saint-Paul : vers un projet de reconversion

Quelques préalables ont orienté l’élaboration des hypothèses de reconversion :

  • le maintien de la silhouette urbaine de l’église, véritable figure de proue de la Ville,
  • le maintien d’un lieu de culte d’une capacité d’accueil de 100 personnes,
  • la volonté de corriger les « erreurs » architecturales, urbanistiques et paysagères passées,
  • la poursuite de la construction d’un édifice resté inachevé (partie est),
  • l’amélioration de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite,
  • le maintien d’un minimum d’espaces publics,
  • la création de surfaces nouvelles à condition que les aménagements, indépendants du bâti, soient modulables et réversibles,
  • la création d’un lieu de vie qui favorise la mixité d’usages et de publics.

Une construction neuve en remplacement de l’actuelle salle paroissiale.

Le foncier, propriété de la Ville de Granville, pourrait être cédé à un opérateur immobilier privéL’architecte Paul Heneux, à l’origine de la construction de l’église, avait imaginé son prolongement à l’est, à l’emplacement de l’actuelle salle paroissiale érigée plus tardivement, rendant l’ensemble architectural inachevé et incohérent. Il est donc préconisé de détruire la salle paroissiale pour permettre la construction d’un bâtiment contemporain qui viendrait conforter l’ensemble en volume et par l’emprise au sol.

Deux vocations possibles :

Résidentiel tourisme
type appart’hôtel

  • Une quarantaine d’appartements minimum (du studio au F2, 25 à 35 m2), prestations 3 étoiles, avec services communs : accueil, services, courrier, buanderie, petits déjeuners…
  • Publics ciblés : professionnels en mobilité, accompagnants de personnes en soin à Granville, touristes en séjour, groupes…

Résidentiel logements
permanents (habitats)

  • Une trentaine d’appartements (du studio au F4, 25 à 85 m2)
  • Publics ciblés : locatif, accession à la propriété, social (20%).

Vocation du transpet, traitements architecturaux et scénario 1 : Tout logement

A l’étage de la nef (scénario 2 et 3) : un restaurant gastronomique


L’aménagement de la nef de l’église suppose sa désaffectation partielle préalable avec l’accord de l'Evêché, ce qui constituerait un montage juridique inédit en France.

Scénario 2 et 3

     


Restaurant gastronomique avec vue panoramique sur les toits de la ville, le port et l'océan.

Synthèse des différents scénarios envisageables

Dôme Saint-Paul, les perspectives

Pour être mené à bien, le projet doit être envisagé et porté dans sa globalité : des partenariats avec des opérateurs privés conditionnent en effet la requalification de l’église dont le coût de financement ne peut être supporté par la collectivité seule. Le lieu de culte, installé dans le transept, resterait propriété de la Ville de Granville. Le terrain sur lequel est assise l’actuelle salle paroissiale serait en revanche cédé à un opérateur privé.

La maîtrise d’ouvrage liée à l’exploitation de la nef sera déterminée en fonction des partenariats noués et des options retenues. Tout l’enjeu consiste donc bien à développer des partenariats autour du projet, en tant qu’opération immobilière d’intérêt général. De nouveaux espaces, quels que soient les scénarios retenus, verront en effet le jour, et seront ouverts au public, permettant l’intégration du site de Saint-Paul au centreville de Granville. Dans cette perspective, Daniel Caruhel et Patrick Bailbe, adjoint au Maire en charge de la Vie culturelle, piloteront le projet et l’équipe chargée de « promouvoir» Granville et le « dôme Saint-Paul » aux partenaires susceptibles d’apporter leur concours à cet ambitieux programme.

Zoom